breadcrumbs
  1. Home
  2. Conduite automatisée
  3. Cinq questions à Elmar Degenhart sur la mobilité de l'avenir

Cinq questions à Elmar Degenhart sur la mobilité de l'avenir

La mobilité individuelle de l'avenir est confrontée à des défis majeurs que sont la raréfaction des combustibles fossiles, l'accroissement de l'urbanisation et le vieillissement d'une population qui souhaite préserver sa mobilité et son autonomie même à un âge avancé. Autant de défis que nous devons relever. C'est la raison pour laquelle nous développons des technologies qui permettront une mobilité intelligente, sûre et efficace, et ce, à un prix abordable.

Dr. Elmar Degenhart

Président du conseil d'administration


« Continental conçoit la mobilité de l'avenir »

La voiture, en tant que véhicule particulier, va-t-elle perdre de son attrait ?

La plupart des automobilistes apprécient de pouvoir se déplacer en voiture et ne veulent pas que ce moyen de transport disparaisse de leur quotidien. Notre étude 2015 sur la mobilité le prouve. L'engouement pour la voiture relève par ailleurs essentiellement des sensations plutôt que de la raison. Nous estimons donc qu'à moyen terme, la demande va s'accroître.

Ces considérations s'appliquent-elles également à la jeune génération ?

Malgré les théories contraires régulièrement exprimées à ce sujet, les nouvelles générations continueront à vouloir détenir un véhicule personnel. Il devra cependant être plus intelligent. La conduite ne doit en effet pas freiner, voire entraver, les activités croissante de communication. Après le bureau et le domicile, la voiture était jusqu'à présent le dernier espace exempt, ou presque, d'Internet. À l'avenir, elle devra envoyer, recevoir et traiter des informations plus rapidement par transmission numérique. Il revient donc à l'industrie automobile de ne pas perdre de vue la réalité ainsi que les souhaits des jeunes générations et d'étendre les services en réseau des véhicules, par exemple.

L'un des objectifs de Continental est de rendre la mobilité individuelle accessible à tous.  La sécurité routière ne va-t-elle pas pâtir d'une augmentation du nombre de véhicules ?

Protégée par une « armure » de données propres et d'informations des autres usagers, la voiture du futur sera de plus en plus apte à éviter les accidents.

La défaillance humaine est à ce jour encore à l'origine de 95 % des accidents. Elle est essentiellement due à l'inexpérience, à la fatigue et à l'abus d'alcool. Nous voulons assister les conducteurs de manière ciblée afin d'accroître la sécurité sur les routes. Cet objectif repose sur l'utilisation de systèmes d'aide à la conduite. Ces derniers assistent d'ores et déjà les automobilistes : il suffit de penser à l'assistant au freinage d'urgence et à l'avertisseur d'angle mort intégré au rétroviseur extérieur.

En quoi la mise en réseau du véhicule est-elle si importante ?

La mise en réseau croissante rend les véhicules plus intelligents et les intègre à Internet. Équipés de capteurs tels que caméras et systèmes radar, ils tâtent leur environnement. Les systèmes d'aide à la conduite évaluent les données des capteurs et peuvent intervenir en cas de situation dangereuse. L'échange de données entre les véhicules ainsi qu'entre les véhicules et l'infrastructure routière permettra de reléguer au passé les accidents, de réduire la consommation de carburant et d'accroître le confort de la conduite. Un système principal, généralement un centre informatique, centralise les données importantes relatives à la circulation routière ainsi qu'aux conditions météorologiques et les met à la disposition de l'ensemble des usagers en temps réel. La conduite peut alors être adaptée plus tôt et plus rapidement aux conditions telles qu'elles se présentent ainsi qu'à d'éventuels dangers. Les véhicules apprennent ainsi à anticiper et à détecter la queue d'un bouchon derrière un virage avant de l'atteindre. Le véhicule interconnecté est au cœur de la mobilité de l'avenir.

Comment concevoir des véhicules plus respectueux de l'environnement ?

L'accroissement de la mobilité à l'échelle mondiale s'accompagne de la nécessité de concevoir cette mobilité dans un esprit de durabilité, afin de parvenir à un équilibre entre consommation d'énergie et utilité. Le moteur à combustion demeurera le principal système de propulsion des véhicules, et ce, bien au-delà de 2020. C'est la raison pour laquelle nous poursuivons le développement des systèmes d'entraînement, qu'il s'agisse des moteurs diesel ou à essence.

L'électrification des véhicules est cependant une évolution incontournable. Elle nous permettra de continuer à réduire les émissions de CO2 et ainsi à protéger le monde dans lequel nous vivons. Dans ce cadre, nous adoptons une approche privilégiant l'électrification sur mesure, qui associe les avantages du moteur à combustion à ceux du moteur électrique.