breadcrumbs
  1. Home
  2. Communiqués de presse
  3. Conférence de presse annuelle

Continental accroît considérablement sa marge de manœuvre

Mar 6, 2014

  • Le bénéfice net s'élève à plus de 1,9 milliard d'euros / proposition de dividende à 2,50 euros par action
  • Free cash flow de 1,8 milliard d'euros / réduction de l'endettement net d'un milliard d'euros
  • Progression du chiffre d'affaires à 33,3 milliards d'euros malgré un contexte défavorable dû à des effets de change négatifs s'établissant à plus de 800 millions d'euros
  • Le résultat opérationnel corrigé (EBIT corrigé) ressort à 3,7 milliards d’euros / la marge corrigée s'établit à 11,3 %
  • Perspectives pour 2014 : chiffre d’affaires en hausse de 5 %, ressortant à environ 35 milliards d’euros
  • L'année 2014 débute favorablement avec, au premier trimestre, un chiffre d'affaires et un EBIT corrigé supérieurs à ceux de l'année précédente

Hanovre/Francfort-sur-le-Main, le 6 mars 2014. Le Groupe Continental a confirmé sa position en 2013 et a, une fois de plus, développé considérablement sa marge de manœuvre malgré la morosité du marché automobile européen et les effets de change sensiblement négatifs. L'équipementier automobile international, fabricant de pneus et partenaire industriel au niveau mondial prévoit pour 2014, comme pour l'exercice précédent, une évolution positive du marché en Amérique du Nord et en Asie. La croissance va se poursuivre notamment en Chine. Continental entend par ailleurs profiter de l'acquisition de Veyance Technologies Inc., entreprise spécialisée dans les matières plastiques et le caoutchouc, pour renforcer considérablement sa présence dans le secteur industriel.

Téléchargement communiqué de presse (Word)

Téléchargement photo (PDF)

Téléchargement photo (JPG)

« En 2013, nous avons enregistré un très bon résultat et poursuivi nos objectifs avec persévérance, rigueur et efficacité. Rétrospectivement, nous pouvons dire que les objectifs atteints ont dépassé nos attentes : nous avons confirmé le maintien à un niveau élevé des bénéfices, avec plus de 1,9 milliard d'euros, soit 9,62 euros par action. Le free cash flow s'élève à plus de 1,8 milliard d'euros, ce qui nous a permis de réduire à nouveau d'un milliard d'euros notre endettement net. Le taux d'endettement s'établissait fin 2013 à 46 %, tombant ainsi à un niveau jamais enregistré depuis 2006 », a déclaré le Président du Directoire de Continental, Dr. Elmar Degenhart, jeudi à l'occasion de la présentation des résultats provisoires lors de la conférence de presse annuelle à Francfort-sur-le-Main. « Nous avons continué à investir fortement dans les immobilisations corporelles, les logiciels ainsi que la recherche et le développement. Parallèlement, nous avons poursuivi avec ténacité nos efforts afin de dégager des fonds pour une acquisition d’une valeur supérieure au milliard d'euros. »

Elmar Degenhart a indiqué aux journalistes que le cours de l'action Continental avait enregistré en 2013 une augmentation de 82 %, se plaçant ainsi pour la deuxième année consécutive en tête du DAX. « Comme l'année dernière, nos actionnaires participeront directement au succès de l'entreprise. Nous voulons verser 2,50 euros de dividende par action et déposerons une proposition en ce sens. Rapporté au bénéfice par action de 9,62 euros, ce montant correspond à un pourcentage de bénéfices distribués d'environ 26 %, soit une valeur en légère hausse par rapport à l'année précédente », a précisé Elmar Degenhart.

Ce dernier a indiqué que le début du premier trimestre 2014 a été encourageant. « Nous prévoyons un accroissement du chiffre d'affaires compris entre 3 et 4 %. L'évolution défavorable des cours de change continue à ralentir notre progression. Elle pourrait grever la croissance du chiffre d'affaires au premier trimestre 2014 de jusqu'à 4 %. Au premier trimestre 2014, le résultat opérationnel corrigé s'établira au-dessus du niveau comparable de l'année précédente. »

En 2013, le Groupe Continental a pu accroître son chiffre d’affaires de 1,8 %, à 33,3 milliards d'euros. En données corrigées des effets de change négatifs d'un montant approximatif de 800 millions d'euros et des variations du périmètre de consolidation, l'augmentation enregistrée est de 4 %. Le résultat opérationnel (EBIT) s'est accru de 2,4 %, passant à près de 3,3 milliards d’euros. L’EBIT, en pourcentage du chiffre d’affaires, s'est élevé à 9,8 %, contre 9,7 % pour l’exercice 2012. L’EBIT corrigé, notamment des amortissements imputables aux acquisitions et des effets exceptionnels atteint 3,7 milliards d'euros, enregistrant ainsi une augmentation de 3,5 %, faisant passer son taux à 11,3 %, contre 11 % en 2012.

Continental a renforcé ses capitaux propres de plus d'un milliard d'euros. Le taux de capitaux propres a ainsi progressé de 30 % environ à près de 35 %. « Nous nous situons donc largement au-dessus de notre valeur minimale de 30 % », a déclaré M. Degenhart.

L'endettement net du Groupe a reculé d'environ un milliard d'euros par rapport à la fin de l'année 2012, ressortant à 4,3 milliards d'euros. Le taux d'endettement (gearing ratio) s’est par conséquent nettement amélioré, atteignant 46 % contre environ 65 % fin 2012. « Notre endettement net est certes encore supérieur à celui de nos principaux concurrents, mais nous continuons à renforcer progressivement nos activités dans les secteurs non-automobiles, au travers d'autres acquisitions dans le secteur industriel, mais aussi par le développement de nos activités sur le marché de la rechange pneumatique », a déclaré M. Degenhart.

La baisse de l'endettement net et l'amélioration des conditions d’emprunt et de crédit auront à l'avenir des répercussions nettement positives sur le Résultat financier du Groupe Continental. « Pour l'exercice en cours, nous prévoyons des coûts financiers nets négatifs inférieurs à 400 millions d'euros », a indiqué Wolfgang Schäfer, Membre du Directoire en charge des finances. En 2013, ils étaient encore légèrement supérieurs à 800 millions d'euros. « L'augmentation de 300 millions d'euros par rapport à l'année 2012 résulte principalement d'effets non récurrents liés au remboursement anticipé de quatre emprunts émis en 2010 : Ce qui a entraîné d'une part des pertes d'évaluation bilanciels sans effets sur la liquidité, et d'autre part des pénalités d'un montant d'environ 110 millions d'euros pour le remboursement anticipé », a expliqué M. Schäfer.

Le flux de trésorerie disponible (free cash flow) de l'exercice 2013 s'est élevé à 1,8 milliard d'euros. « Comme ce fut déjà le cas l'année dernière, l'accroissement supplémentaire de 166 millions d'euros a été largement supérieur à nos attentes », a expliqué M. Schäfer, en précisant qu'il s'agissait là des fruits portés par l'amélioration constante des actifs circulants. Pour  2014, Continental prévoit un flux de trésorerie disponible avant acquisitions d'au moins 1,2 milliard d'euros.

En 2013, Continental a de nouveau investi en recherche et développement pour un montant d’environ 1,9 milliard d'euros, ce qui correspond à un taux de 5,6 % du chiffre d'affaires contre 5,3 % l’année précédente. « Le montant de 1,9 milliard d'euros représente à ce jour la valeur la plus élevée de l'histoire de l'entreprise. Nous figurons parmi les entreprises de l'indice boursier allemand DAX affichant l'esprit d'innovation le plus marqué. En outre, nous avons de nouveau investi l'année dernière environ 2 milliards d'euros en immobilisations corporelles et logiciels » a indiqué M. Degenhart.

L'accroissement de nos activités se reflète également dans l'évolution de l'effectif : fin 2013, le Groupe Continental comptait quelque 178 000 employés, soit 8 000 de plus que l’année précédente. L'essentiel des postes a été créé sur les marchés à forte croissance.« Dans l'ensemble, nous envisageons l'année 2014 avec confiance et misons sur une progression de 2 % dans le secteur véhicules légers, des SUV et des véhicules utilitaires légers. Nous nous sommes donc à nouveau fixés comme objectif une croissance de 5 % afin de porter notre chiffre d'affaires à un total d'environ 35 milliards d'euros. Nous prévoyons de nouveau des effets de change négatifs considérables, qui ne devraient cependant pas avoir une influence négative sur notre taux de marge », a expliqué M. Degenhart, qui a ajouté : « Nous comptons atteindre une marge EBIT corrigée de plus de 10 %. Pour l'Automotive Group, nous prévoyons un accroissement du chiffre d'affaires pour atteindre environ 21 milliards d'euros. Hors acquisition de Veyance Technologies Inc., le chiffre d'affaires de Rubber Group augmentera au cours de l'exercice en cours pour atteindre environ 14 milliards d'euros. »

Groupe Continental en millions d’euros

 

2013

2012

D en %

Chiffre d'affaires

33 331,0

32 736,2

1,8

EBITDA

5 095,0

4 967,4

2,6

en % du chiffre d‘affaires

15,3

15,2

 

EBIT

3 263,7

3 186,2

2,4

en % du chiffre d‘affaires

9,8

9,7

 

Résultat consolidé à attribuer aux actionnaires

1 923,1

1 905,2

0,9

Résultat par action (en €)

9,62

9,53

0,9

Coûts de recherche et de développement

1 878,4

1 744,8

7,7

en % du chiffre d‘affaires

5,6

5,3

 

Amortissements1

1 831,3

1 781,2

2,8

– dont dépréciations2

126,7

49,9

153,9

Actifs opérationnels (au 31/12)

15 832,3

16 277,6

–2,7

EBIT en % des actifs opérationnels (au 31/12)

20,6

19,6

 

Actifs opérationnels (moyens)

16 804,0

16 953,8

–0,9

EBIT en % des actifs opérationnels (moyen)

19,4

18,8

 

Investissements3

1 981,1

2 019,4

–1,9

en % du chiffre d‘affaires

5,9

6,2

 

Effectifs (au 31/12)4

177 762

169 639

4,8

 

 

 

 

Chiffre d’affaires corrigé5

33 164,3

32 684,7

1,5

Résultat opérationnel corrigé (EBIT corrigé)6

3 736,5

3 611,5

3,5

en % du chiffre d‘affaires corrigé

11,3

11,0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Sans amortissement sur les immobilisations financières.
  2. Le terme de dépréciation (impairment en anglais) comprend les amortissements exceptionnels ainsi que les reprises de dépréciation requises.
  3. Investissements réalisés dans des immobilisations corporelles et des logiciels.
  4. Sans personnel en formation.
  5. Corrigé des variations du périmètre de consolidation.
  6. Corrigé des amortissements sur l’actif immatériel provenant de l’allocation du prix d’achat (PPA), des variations du périmètre de consolidation et des charges exceptionnelles.