breadcrumbs
  1. Home
  2. Communiqués de presse
  3. Fiscal Year 2015

Continental atteint ses objectifs et prévoit, pour 2015, un chiffre d’affaires d’environ 37,5 milliards d’euros

Mar 5, 2015

  • Le bénéfice net 2014 s’élève à près de 2,4 milliards d’euros / 11,88 euros par action
  • Le dividende progresse de 30 %, soit 3,25 euros par action
  • L’objectif fixé pour le chiffre d’affaires est atteint à 34,5 milliards d’euros, malgré un contexte défavorable dû aux effets de change
  • Free cash flow de 2 milliards d’euros / montant de l’endettement net à son niveau le plus bas depuis 2006
  • Le résultat opérationnel ajusté (EBIT corrigé) ressort à 3,9 milliards d’euros / la marge corrigée s’établit à 11,3 %
  • Bon début d’année 2015
  • Objectifs pour 2020 : plus de 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour une marge d’EBIT à deux chiffres

Hanovre, le 5 mars 2015. Le Groupe Continental a une nouvelle fois atteint ses objectifs annuels en 2014, tout en se conformant aux exigences qu’il s’était fixées sur le long terme. Le groupe, leader technologique, a rempli ses objectifs et a généré un chiffre d’affaires de 34,5 milliards d’euros, avec une marge ajustée de 11,3 %. En 2014, le rendement des capitaux engagés a précisément atteint un taux de 20 %. Il enregistre ainsi une progression pour la cinquième année consécutive. L’endettement net a, lui, de nouveau baissé de près de 1,5 milliard d’euros, pour atteindre environ 2,8 milliards d’euros. À la fin de l’année, le ratio d’endettement ressortait à 25,6 %.

Téléchargement communiqué de presse (Word)

Téléchargement photo (PDF)

Téléchargement photo (JPG)

Pour l’exercice en cours, Continental s’est fixé un objectif de chiffre d’affaires à 37,5 milliards d’euros, soit une hausse de près de 9 %, en intégrant la contribution d’au moins 1,3 milliards d’euros au chiffre d’affaires, générés par la première consolidation de l’entité Veyance Technologies récemment acquise. Au regard des prévisions actuelles, des effets de change positifs devraient, en outre, permettre de contribuer à hauteur de 1 milliard d’euros au chiffre d’affaires. En 2015, la marge d’EBIT corrigé devrait s’établir à de plus de 10,5 %. Les principaux éléments de croissance devraient une nouvelle fois venir d’Asie, et plus particulièrement de Chine, ainsi que de l’Amérique du Nord. Continental table, pour 2015, sur la production mondiale d’environ 89 millions d’unités dans le domaine des véhicules de moins de six tonnes.

 « L’année 2015 démarre de manière satisfaisante et confirme nos prévisions pour l’ensemble de l’année », a indiqué Elmar Degenhart, Président du Directoire de Continental, jeudi, lors de la présentation des résultats provisoires, à Hanovre. « Après avoir atteint les objectifs que nous nous étions fixés en 2014, nous sommes très satisfaits de ce début d’exercice. »

« Il convient toutefois, dans la présentation des résultats, de ne pas oublier que  la croissance en Europe, en Russie et en Amérique du Sud est restée faible », a précisé M. Degenhart. « À cela sont venues s’ajouter de fortes fluctuations des taux de change. D’autant que la douceur de l’hiver enregistrée à la fin de l’année 2014 a eu un impact négatif sur l’activité liée aux pneus hiver en Europe. Les principaux leviers de croissance du chiffre d’affaires ont de nouveau été la Chine et l’Amérique du Nord. Sur ce point, le bénéfice net de près de 2,4 milliards d’euros réalisé, soit 11,88 euros par action, est tout à fait remarquable. Forts de ce résultat, nous entendons augmenter le dividende pour la troisième fois consécutive et nous proposons de le porter à 3,25 euros par action. Le pourcentage des bénéfices distribués s’établit, de ce fait, à 27,4 %, soit un taux de nouveau légèrement supérieur au niveau de celui de l’année précédente. »

« Un autre élément remarquable est le niveau de trésorerie disponible (free cash flow)  dont le montant est supérieur à deux milliards d’euros. Ce dernier nous a permis de réduire notre endettement net à son niveau le plus bas depuis 2006. Dans le même temps, nous avons investi plus de 4 milliards d’euros dans des immobilisations corporelles et dans des logiciels, ainsi que dans les activités de recherche et de développement », a poursuivi M. Degenhart.

L’électronique embarquée et les logiciels devraient continuer à progresser fortement

Devant les journalistes, M. Degenhart a, par ailleurs, défini les tendances que devrait prendre l’évolution de l’entreprise à l’horizon 2020 : « Nous misons sur une nouvelle progression des besoins en mobilité et sur une demande croissante émanant de nos clients industriels. Le volume de production des véhicules de moins de 6 tonnes devrait augmenter, pour passer de 100 millions à 105 millions d’unités. L’électronique embarquée et les logiciels enregistreront, en outre, une forte progression, et seront, en cela, portés par les exigences croissantes des consommateurs finaux ainsi que par des réglementations plus strictes en matière de sécurité et de consommation énergétique. C’est sur constat que nous entendons baser notre profitabilité et tablons sur un chiffre d’affaires de plus de 50 milliards d’euros en 2020 », a expliqué M. Degenhart.

L’EBIT a progressé pour s’établir à 3,3 milliards d’euros

En 2014, le Groupe Continental a pu accroître son chiffre d’affaires de 3,5 %, à 34,5 milliards d’euros. Si l’on tient compte d’effets de change négatifs d’environ 470 millions d’euros et des modifications dans le périmètre de consolidation, la croissance comparable atteint 4,2 %. Le résultat opérationnel (EBIT) s’est accru de 2,5 %, pour dépasser 3,3 milliards d’euros. L’EBIT, en pourcentage du chiffre d’affaires s’est élevée à 9,7 %, contre 9,8 % pour l’exercice 2013. L’EBIT corrigé, notamment des amortissements imputables aux acquisitions et des effets exceptionnels, atteint 3,9 milliards d’euros, enregistrant ainsi une croissance de 3,7 % faisant passer son taux à 11,3 % contre 11,2 % en 2013.

Le résultat financier a été amélioré de plus d’un demi-milliard d’euros

Comme il l’avait annoncé, la baisse de l’endettement net et l’amélioration des conditions d’emprunt et de crédit ont eu des répercussions nettement positives sur les charges financières du Groupe Continental. « Par rapport à 2013, nos charges financières nettes se sont améliorées de plus d’un demi-milliard d’euros, et ont atteint moins 265 millions d’euros », a indiqué Wolfgang Schäfer, directeur financier.

« Cette évolution positive est notamment imputable au remboursement anticipé de quatre emprunts émis en 2010 et à leur refinancement partiel par des emprunts à taux nettement réduits émis en 2013. Nous prévoyons, pour l’année en cours, du fait du paiement du prix d’acquisition de l’entité Veyance Technologies, des charges financières d’environ 300 millions d’euros. Nous projetons, en outre, d’atteindre un flux de trésorerie disponible (freee cash flow) avant acquisitions d’au moins 1,5 milliard d’euros », a également déclaré M. Schäfer.

En 2014, Continental a de nouveau investi largement en recherche et développement, pour un montant de 2,1 milliards d’euros ce qui correspond à un taux de 6,2 % du chiffre d’affaires, contre 5,6 % l’année précédente. Le Groupe a investi un total de 2 milliards d’euros dans des immobilisations corporelles et dans des logiciels, ce qui équivaut à 5,9 % du chiffre d’affaires. Pour l’exercice en cours, le taux d’investissement devrait également s’établir à environ 6 %.

L’accroissement des activités se reflète également dans l’évolution de l’effectif : fin 2014, le Groupe Continental comptait quelque 190 000 employés, soit 11 000 de plus que l’année précédente. Actuellement, l’entreprise emploie près de 200 000 personnes.

Groupe Continental en millions d’euros

2014

2013

D en %

Chiffre d’affaires

34 505,7

33 331,0

3,5

EBITDA

5 133,8

5 095,0

0,8

en % du chiffre d’affaires

14,9

15,3

 

EBIT

3 344,8

3 263,7

2,5

en % du chiffre d’affaires

9,7

9,8

 

Résultat consolidé à attribuer aux actionnaires

2 375,3

1 923,1

23,5

Résultat par action (en €)

11,88

9,62

23,5

Coûts de recherche et de développement

2 137,7

1 878,4

13,8

en % du chiffre d’affaires

6,2

5,6

 

Amortissements1

1 789,0

1 831,3

-2,3

– dont dépréciations2

178,9

126,7

41,2

Actifs opérationnels (au 31/12)

16 596,1

15 832,3

4,8

Actifs opérationnels (moyens)

16 726,5

16 804,0

-0,5

Rendement des capitaux engagés (ROCE)

20,0

19,4

 

Investissements3

2 045,4

1 981,1

3,2

en % du chiffre d’affaires

5,9

5,9

 

Effectifs (au 31/12)4

189 168

177 762

6,4

 

 

 

 

Chiffre d’affaires ajusté5

34 177,6

33 259,1

2,8

Résultat d'exploitation ajusté (EBIT ajusté)6

3 874,5

3 737,5

3,7

en % du chiffre d’affaires ajusté

11,3

11,2

 

  1. Sans amortissement sur les immobilisations financières.
  2. Le terme de dépréciation (impairment en anglais) comprend les amortissements exceptionnels ainsi que les reprises de dépréciation requises.
  3. Investissements réalisés dans des immobilisations corporelles et des logiciels.
  4. Sans personnel en formation.
  5. Corrigé des variations du périmètre de consolidation.
  6. Corrigé des amortissements sur l’actif immatériel provenant de l’allocation du prix d’achat (PPA), des variations du périmètre de consolidation et des charges exceptionnelles.