véhicule électrique
© Continental AG

Comment le véhicule électrique est-il perçu en France et à l’échelle mondiale ?

Continental présente les résultats de la Mobility Study 2015 

  • La plupart des conducteurs perçoivent les véhicules électriques comme respectueux de l'environnement
  • Peu d’automobilistes européens associent le véhicule électrique au plaisir de conduire ou à la conduite sportive
  • De nombreux conducteurs dans la tranche d’âge 60 ans et plus ne veulent pas d'une voiture électrique.
  • Quant aux jeunes âgés entre 18 et 30 ans, ils sont de plus en plus nombreux à s’en détourner

Mortefontaine, le 22 mai 2015. Si les voitures électriques bénéficient d'une image « écologique » auprès des conducteurs, elles ne suscitent chez eux que très peu d'émotions. L’étude sur la mobilité, réalisée par Continental en 2015 révèle que la  majorité des personnes interrogées en France considère les véhicules électriques comme écologiques (55 %) et contribuant à résoudre des problèmes environnementaux mais l’image liée aux facteurs clés dans la décision d’achat, tels que le plaisir de conduire ou l'esthétique reste insuffisante. Si 78% des automobilistes interrogés connaissent cette technologie en France, ils la jugent peu flexible (22%), seulement un tiers pense  que le véhicule électrique est pratique (32%) alors que près d’un automobiliste sur deux (44%) pense que le VE est peu voire pas pratique. A l’inverse des chinois, qui eux, le perçoivent comme flexible à 64% et pratique à 63%.

En revanche, un Français sur deux estime que la voiture électrique bénéficie d’une technologie avancée (48%), même si elle est jugée peu fiable (27%) et peu sûre (pour 30% des personnes interrogées). En comparaison, l’avancée technologique du VE est appréciée par 70% des automobilistes américains.

Moins d’un tiers des Français voudrait posséder un véhicule électrique contre 60% des automobilistes chinois et seulement un tiers des Français juge cette technologie utile pour tous, à l’image des conducteurs allemands qui en ont la même perception (34%).

L’équipementier Continental a confié  à l'institut allemand d'études de marché et de recherche sociale infas la réalisation de sa Mobility Study 2015. Une enquête a été menée sur la base d’un échantillon représentatif d'automobilistes en Allemagne et aux États-Unis, ainsi que sur la base d’une enquête qualitative réalisée en France, au Japon et en Chine (400 personnes interrogées dans chaque pays). Des experts issus du milieu scientifique et de l'industrie automobile ont également été interviewés.

En Allemagne, en comparaison avec les résultats de l’enquête réalisée en 2011 par Continental, cette édition 2015 révèle qu'un nombre nettement moins élevé de conducteurs allemands, tous groupes d'âge confondus, envisage d'utiliser une voiture électrique à moyen terme (d’ici quatre à dix ans). La réticence enregistrée auprès des conducteurs de 60 ans et plus – le segment de population qui, parmi tous les groupes, se distingue par son affinité pour ces véhicules et son fort pouvoir d'achat  – se stabilise à 40 %. Dans le même temps, l'étude enregistre une forte augmentation (de zéro à 20 %), au cours des trois dernières années, du nombre de jeunes conducteurs qui seraient prêts à basculer à l’électrique uniquement si les véhicules bénéficiant d’une motorisation classique (essence ou diesel) venaient à disparaître du marché.

De façon générale, l’étude fait apparaître que les automobilistes européens sont plus réticents à cette technologie. Les automobilistes français et allemands sont les moins enclins à utiliser le véhicule électrique, le percevant comme peu flexible et estimant ne pas en avoir besoin.

« Après avoir connu un certain essor pendant quelques années, le véhicule électrique connaît actuellement des problèmes d'image », explique José Avila, Membre du Directoire de Continental et responsable de la Division Powertrain, en commentant les résultats de l'étude. Il estime toutefois que l'hybridation, c'est-à-dire la combinaison de moteurs à combustion ultramodernes et de moteurs électriques, devrait permettre de remédier à ce déficit d'image. « L'hybridation croissante des véhicules électriques et notamment la technologie 48 volts ouvrira la voie à la mobilité électrique. L'hybridation offre  un bon rapport qualité/prix tout en fournissant aux conducteurs leur première expérience de l'électromobilité.

M. Avila est également convaincu que l'image des véhicules électriques en ressortira rehaussée. « Les véhicules hybrides peuvent contribuer à l'acceptation des voitures électriques. Les conducteurs ont la possibilité de parcourir une partie de leur trajet dans des véhicules hybrides n'utilisant que l'énergie électrique, et donc de juger par eux-mêmes du plaisir qu'ils ont à conduire ce type de motorisation. » M. Avila estime que l'étude conforte l'idée qu'il est possible de développer d’autres potentiels de consommation pour les modèles à combustion tout en faisant avancer la stratégie d'électrification progressive des groupes motopropulseurs.

Contacts

Mathieu Gratiot External Communications France Senior Manager Continental Automotive Trading France SAS 1, rue de Clairefontaine - BP 65 78512 Rambouillet, Ile-de-France Tél.: +33 (0)1 34 57 40 26 Téléphone portable: +33 (0)6 79 35 75 60 Fax: +33 (0)1 34 57 40 40 E-mail: