Mobility Study 2015
© Continental AG

Posséder son propre véhicule ! Un désir très répandu, même chez les jeunes générations

Continental présente les résultats de la Mobility Study 2015 

  • A l’échelle mondiale, quelle est le degré d’importance accordé à la conduite ?
  • La mobilité de demain répondra t-elle à la raison ou à l’émotion ?
  • Quels modèles de véhicules sont privilégiés et quelles sont les innovations attendues ?
  • Les automobilistes français ne sont pas encore prêts pour la conduite autonome

Paris,  le 26 mai 2015. Continental présente les résultats de sa troisième étude sur la mobilité. La « Mobility study 2015 » a été réalisée à l’échelle mondiale, auprès de plus de 5000 personnes, hommes et femmes, pour étudier les attentes concernant le véhicule de demain mais aussi comprendre les usages et perceptions actuels.

Jamais sans ma voiture !

Premier enseignement : pour la majorité des conducteurs interrogés en Europe, en Asie et aux Etats-Unis, il est inconcevable ne pas posséder son propre véhicule. Il ressort de cette étude que la grande majorité des Français et des Allemands (86 % d’entre eux) possède un véhicule personnel. Ce résultat monte jusqu’à 93% pour les conducteurs américains. Seulement 7% ont une alternative à l’utilisation de leur véhicule personnel comme l’auto-partage ou le covoiturage, mais 42% des français sont ouverts à un autre mode de transport. Et même si la moitié de la population mondiale vit dans des zones urbaines, dans lesquelles le trafic est amené à s’accroître, comme dans les grandes agglomérations, la voiture reste au cœur de l’organisation quotidienne. En France, 86% des automobilistes veulent posséder leur véhicule et 62% estiment même que c’est très important pour eux. Plus surprenant : 87% pensent qu’il est encore plus important pour eux de posséder une voiture que ça ne l’était pour leurs parents. Un objectif : être en mesure de se déplacer n’importe où (82% des conducteurs français) et n’importe quand (77%). 42% des personnes interrogées sur l’échantillon français déclarent même l’utiliser le plus possible ! 62% estiment être de bons conducteurs et 68% aiment conduire, même si 47% pensent que la conduite est de plus en plus stressante, notamment dans les embouteillages (54%). La conduite nocturne est également une source de stress pour un tiers des automobilistes.

Les Français aiment leur voiture !

C’est également ce qui ressort de l’étude menée par Continental. 66% des personnes interrogées disent aimer leur voiture et 32% revendiquent l’aimer « vraiment ». Seuls 24% voudraient conduire un autre modèle que le leur. Sans surprise, le modèle de véhicule privilégié reste la petite voiture ou la voiture de taille moyenne, autrement dit le segment B. Contrairement à leurs voisins allemands, les Français sont moins sensibles au regard des autres sur leur véhicule et à son image. Seuls 25% y accordent de l’importance alors qu’ils sont 64% en Allemagne et 58% en Chine.

Un conducteur sur deux (52%) accorde en revanche de l’importance au prix d’achat et 82% à sa consommation.

Les Français sont sceptiques face à l’innovation automobile et ne sont pas prêts pour la conduite autonome

Seuls 33% des Français déclarent être intéressés par la technologie ; à l’opposé des Chinois qui, eux, s’y intéressent à 73%. Le pragmatisme prime dans l’hexagone, puisque plus de la moitié des conducteurs attendent que les nouvelles technologies aient fait leur preuve pour les adopter (56%). Ils recherchent avant tout un système de navigation performant (51%), des fonctions liées à la sécurité (53%) et sont intéressés par les clés électroniques (28%). En revanche, ils s’intéressent peu à la conduite autonome, puisque seuls 33% en ont entendu parler (contre 82% en Chine et 64% en Allemagne) et moins d’un conducteur sur deux en éprouve le besoin (48%).

Pour la Mobility Study 2015, l'équipementier Continental a confié à l'institut allemand d'études de marché et de recherche sociale infas la réalisation d'une enquête représentative auprès d'automobilistes en Allemagne et aux États-Unis, ainsi que d'une enquête qualitative en France, au Japon et en Chine. Des experts issus du milieu scientifique et de l'industrie automobile ont également été interviewés.

« La conduite est et continuera d'être motivée davantage par des émotions que par la raison. La grande majorité des gens aiment conduire et ne souhaitent pas se passer de leur voiture au quotidien. Par conséquent, nous n'attendons pas de baisse très sensible de l'usage de la voiture privée à moyen terme », a déclaré Elmar Degenhart, Président du Directoire de Continental, lors de la publication des résultats en Allemagne.

Pour la « génération smartphone », M. Degenhart préconise la mise en réseau systématique des véhicules afin que ces derniers fassent partie intégrante d'Internet : « Contrairement à la thèse qui affirme le contraire, les jeunes, eux aussi, désirent posséder leur propre voiture. Il n'empêche que les voitures doivent devenir plus intelligentes, et être à même d'envoyer, de recevoir et de traiter des informations plus rapidement sous forme numérique. Il appartient donc à l'industrie automobile de suivre de près l'évolution des conditions de vie et des besoins des jeunes afin d'y répondre, en proposant par exemple une gamme plus vaste de services en réseau dans l'habitacle. »

« La protection des données est et reste un critère décisif lors du lancement de services en réseau », a précisé M. Degenhart en ajoutant : « Notre stratégie pour la conduite automatisée 2025 tient compte de cette exigence. Un suivi du trafic routier sur la base de données rendues anonymes est suffisant pour garantir l'objectif « zéro accident ». Pour l’atteindre, il n'est pas nécessaire de connaître les plaques d'immatriculation individuelles. Dans de nombreux cas, il suffit simplement d'avoir des informations anonymes relatives par exemple à la position, à l'heure et à l'événement. »

S'agissant de l'avenir de l'automobile, il a déclaré : « Afin d'augmenter encore l'attrait des voitures, le plus important sera de réaliser des développements supplémentaires, notamment au niveau de l'intelligence des véhicules, et non pas de savoir s’ils appartiennent ou pas à quelqu’un. La gestion des données numériques et l'automatisation constituent la base d'une gestion complète des informations du véhicule et contribuent à alléger les tâches pesant sur les conducteurs dans un trafic routier croissant. C'est là que réside le potentiel clé pour redéfinir de manière intelligente la mobilité individuelle. »

Contacts

Mathieu Gratiot External Communications France Senior Manager Continental Automotive Trading France SAS 1, rue de Clairefontaine - BP 65 78512 Rambouillet, Ile-de-France Tél.: +33 (0)1 34 57 40 26 Téléphone portable: +33 (0)6 79 35 75 60 Fax: +33 (0)1 34 57 40 40 E-mail: