Dr. Elmar Degenhart
© Continental AG

Continental : le libre-échange est indispensable pour que chacun ait accès à la mobilité

  • Conduite automatisée, robots-taxis, intelligence artificielle, cybersécurité : Continental pose tous les jalons pour la mobilité de demain
  • Moteurs électriques ou moteurs thermiques : lors de l’assemblée générale de l’entreprise cotée au DAX, son PDG, Dr. Elmar Degenhart, a recommandé à la sphère politique de ne pas « imposer des solutions qui ne sont pas rentables ».
  • Depuis 1998 : le chiffre d’affaires global a plus que sextuplé et le résultat opérationnel a été multiplié par douze
  • Chiffre d’affaire attendu en 2025 : bien au-delà de 65 milliards d’euros

Hanovre, le 27 avril 2018. Cesser les guerres commerciales et favoriser le libre-échange. C’est l’appel qu’a lancé aujourd’hui à la sphère politique Dr. Elmar Degenhart, le président du Directoire de Continental, lors de l’assemblée générale de l’entreprise technologique. « Le protectionnisme et les guerres commerciales font grimper les prix de nos produits. Des droits de douanes inégaux entravent par exemple le libre commerce automobile entre les États-Unis et l’Europe. La meilleure solution : les abolir complètement ou les uniformiser au niveau le plus bas. Nous exigeons des responsables politiques qu’ils initient des négociations en ce sens. Nous attendons d’eux qu’ils s’engagent en faveur du libre-échange. Car lorsque les prix des marchandises sont gonflés artificiellement, ce sont les revenus de la population qui diminuent. Cela met en péril les emplois et le niveau de vie ! Les droits de douane ne profitent à personne. Ils desservent tout le monde », a déclaré M. Degenhart à Hanovre devant les quelque 1 000 participants à l’assemblée générale.

M. Degenhart a souligné l’importance du libre flux de marchandises pour Continental. En effet, les Divisions Automotive de l’entreprise technologique travaillent par exemple avec 17 000 fournisseurs et partenaires à travers le monde. « Ils traitent plus de 140 milliards de composants par an. En moyenne, ces pièces traversent quatre fois des frontières nationales. C’est seulement après cela que les produits finis arrivent chez nos clients. Le protectionnisme et les guerres commerciales font grimper les prix de nos produits. »

Continental CEO Dr. Elmar Degenhart with cooperative robot (cobot) © Continental AG

Culture de réseau, hiérarchies horizontales, petites unités de projet : faire du changement la normalité

Face au développement effréné des marchés, Continental doit en permanence évoluer, s’adapter et anticiper pour faire du changement une normalité quotidienne. « C’est pour cette raison que nous gagnons sans cesse en flexibilité et en agilité. Ainsi, nous garantissons notre compétitivité et sommes prêts à relever les défis de demain. Pour y parvenir, nous misons sur une culture de réseau, sur des hiérarchies horizontales, sur de petites unités qui réagissent plus rapidement aux demandes de nos clients et sur l’octroi de responsabilités et de libertés accrues à notre personnel, en instaurant par exemple des horaires de travail reposant sur la confiance partout dans le monde », a insisté M. Degenhart.

Continental examine actuellement sa structure organisationnelle : « Nous passons en revue les scénarios envisageables. Nous pourrons ainsi déterminer quelle structure nous permettra de transformer notre entreprise le plus vite possible. A priori, nous serons en mesure de soumettre une recommandation au Conseil de surveillance au milieu de l’année. Nous continuons à renforcer le système de valeurs de Continental. Pour cela, le Directoire et le personnel viennent de conclure une nouvelle « Alliance pour l’avenir » (Zukunftsbündnis). C’est ainsi que nous garantirons ensemble le succès de notre entreprise », a affirmé M. Degenhart.

Forte croissance et excellente santé financière : depuis 1998, Continental a sextuplé son chiffre d’affaires

Comme le Président du Directoire de Continental l’a souligné, l’entreprise a plus que sextuplé son chiffre d’affaires et multiplié son résultat opérationnel par douze au cours des 20 dernières années. « Et nous poursuivons sur notre lancée. Nous tablons sur un chiffre d'affaires de plus de 50 milliards d'euros pour 2020. En 2025, nous serons probablement bien au-dessus de la barre des 65 milliards d’euros de chiffre d’affaires global. Et cela, nous l’accomplirons par nos propres moyens », a souligné M. Degenhart.

Continental CEO Dr. Elmar Degenhart © Continental AG

Le futur est électrique : mais la route est encore longue

Selon M. Degenhart, la technique de propulsion constitue encore un défi de taille. Il est indispensable de la rendre plus sûre et plus propre : « L’avenir de la propulsion automobile est électrique. Nous en sommes convaincus. Mais électrique ne veut pas forcément dire propre. En effet, le bilan écologique de l’électromobilité n’est actuellement pas très reluisant. Nous avons donc élaboré un modèle de croissance théorique, extrêmement agressif, que nous souhaitons mettre en œuvre à partir de 2020. Grâce à ce modèle, en 2050 au plus tôt, neuf véhicules sur dix quittant nos usines seront dotés de propulsions purement électriques. Les moteurs thermiques continueraient alors d’équiper un quart de tous les véhicules en circulation », a expliqué M. Degenhart.

Et d’ajouter : « Il en résulte une conséquence claire et sans équivoque : plusieurs types de propulsion devront cohabiter jusqu’à 2030 et bien au-delà. J’entends par-là un mélange de moteurs essence, Diesel et au gaz naturel. En parallèle, nous aurons besoin de propulsions hybrides, de véhicules purement électriques et de moteurs à hydrogène.  Voilà pourquoi je lance cet appel à la sphère politique : pour protéger efficacement l’environnement, fixez des seuils d’émissions de gaz d’échappement pertinents. Mais laissez l’industrie décider des technologies optimales pour les atteindre. N’imposez pas par vos directives des solutions qui ne sont pas rentables ! »

Pour M. Degenhart, la batterie est l’obstacle principal sur le chemin de la conduite intégralement électrique. Selon lui, il faudra attendre 2025 pour voir une technologie réellement compétitive. Le Président du Directoire se montre toujours ouvert à la possibilité de se lancer dans la production de cellules de batterie à électrolyte solide : « Nous ne sommes pas opposés à l’idée de produire nous-mêmes des cellules de batterie à l’avenir. Nous pensons notamment à celles fabriquées à partir de matières solides. Cela suppose néanmoins un modèle commercial attractif. Nous ne prendrons vraisemblablement pas notre décision avant 2020. »

Chairman of the Supervisory Board Prof. Wolfgang Reitzle and CEO Dr. Elmar Degenhart (right) © Continental AG

48 V, robots-taxis, cybersécurité : Continental propose une vaste gamme de produits et de services

Disposant déjà d’un large éventail de produits et services, Continental pose les jalons pour la mobilité du futur sur tous les plans : le système 48 V, « hybride populaire » qui rend les moteurs thermiques plus efficients et propres, en fait partie, tout comme les capteurs, actionneurs et systèmes électroniques, qui sont les éléments phares de la conduite automatisée. CUbE est le nom de la plateforme de Continental dédiée au développement de véhicules sans conducteur. L’entreprise technologique a développé un concept de véhicule baptisé BEE. Prévu pour un à deux adultes, il s’approche sur commande et combine de manière optimale économie et écologie. En collaborant avec Argus Cyber Security, une entreprise israélienne, Continental a acquis une expertise supplémentaire afin d’équiper les véhicules de boucliers de protection. Ces derniers ne laissent passer aucune commande erronée, détectent les manipulations et les repoussent.

Les logiciels gagnent toujours plus en importance

« La mobilité de demain requiert de plus en plus de logiciels. Plus de la moitié des investissements dédiés aux nouvelles fonctions de conduite passe dans leur développement. Cette part sera bientôt de 80 % dans certains cas », a indiqué M. Degenhart. On distingue ici les programmes classiques découlant des comportements humains, les programmes à apprentissage, qui font appel à des méthodes d’intelligence artificielle pour apprendre jusqu’à la production en série, et les programmes à apprentissage continu, qui continuent d’apprendre lors de l’utilisation en série. « Dans notre industrie, les règles du jeu sont en train de changer considérablement », a affirmé M. Degenhart.


Contacts

Enno Pigge

Enno Pigge Attaché de presse Innovations & Technologie Tél.: +49 511 938-1622 E-mail:

Vincent Charles

Vincent Charles Chef des relations médiatiques Tél.: +49 511 938-1364 Téléphone portable: +49 173 314 50 96 E-mail: